Trentemøller à Montréal, le samedi 23 avril 2011

Samedi soir dernier, on m’a invité au spectacle que donnait Trentemøller, à guichet fermé, au National de la rue Sainte-Catherine. J’avais beaucoup aimé les orchestrations brumeuses de l’album The Last Resort, paru en 2006 sur Poker Flat.

Surprise, le musicien danois ne tourne plus seul. Il est accompagné d’une solide équipe de musicien(ne)s. La section rythmique est lourde et efficace. La guitariste et la choriste apporte une touche humaine à l’ensemble. La joueuse de theremin donne une saveur série B à certaines pièces.

Le résultat est suprenant. Au niveau de l’énergie contagieuse générée, ça m’a fait penser à ce que fait sur scène les Chemical Brothers ou Champion et ses G-Strings. Un show dans ta face qui déménage.

Vous pouvez voir ce que ça donnait ici.